Analyse du risque

Les analyses de risque sont souvent un point de départ indispensable pour maîtriser la sécurité des installations. Il en existe des formes variées, mais l’objectif est toujours le même : comprendre le système étudié, envisager la façon dont son fonctionnement peut aboutir à des situations non voulues qui peuvent s’avérer dangereuses, et vérifier si les mesures prises pour anticiper ou répondre à ces situations sont efficaces.

Les ingénieurs d’ODZ Consultants pratiquent et maitrîsent ces diverses formes d’analyses. Ils peuvent vous accompagner dans la meilleure compréhension des dangers de vos installations et la maîtrise des risques associés.

APR

Dans le processus d’analyse de risque, l’Analyse Préliminaire de Risque (APR) est souvent la première étape qui permet de mettre en évidence les dangers principaux. Elle constitue souvent une première sélection des risques à analyser plus en détail. Cette analyse se fait fréquemment sous forme de tableaux où sont identifiées les causes et les conséquences des situations dangereuses, potentiellement accidentelles.

HAZID

L’HAZID (HAZard IDentification i.e. identification des dangers) est une analyse de risque basée sur le retour d’expérience. L’objectif est de vérifier si une situation accidentelle connue peut se produire dans l’installation que l’on veut étudier. Cette méthodologie s’articule autour d’une revue en groupe de travail, qui doit permettre d’identifier tous les scénarios susceptibles d’être, directement ou par effet‐domino, à l’origine d’un accident majeur. L’HAZID est synthétisée dans des tableaux.

HAZOP

La revue de sécurité HAZOP (HAZard and OPerability review) est une méthode qui aujourd’hui tient une place centrale dans l’analyse de la sécurité des industries de process, comme l’industrie chimique ou l’industrie pétrolière. Elle est particulièrement adaptée à l’examen de systèmes pour lesquels la maitrise des conditions opératoires (paramètres tels que débit, pression, température, niveau, concentration…) est particulièrement importante pour la sécurité de l’installation. Le coeur de la méthode est une analyse systématique de la possibilité et des conséquences d’une dérive (ou déviations) des paramètres du procédé. La génération des dérives potentielles est effectuée par la conjonction de mots‐clés qui caractérisent une situation différente de la situation normale opératoire (comme « plus de », « moins de », …) et les paramètres opératoires du procédé. Par sa nature, cette méthode nécessite un support qui transpose le fonctionnement du procédé. Ce sont les plans de circulation des fluides ou schémas P&ID (Piping and Instrumentation Diagram). Ces revues sont réalisées en groupe de travail. Ce groupe est animé par un chairman. Il est composé de spécialistes capables d’identifier les causes, les conséquences des dérives, et d’évaluer si les moyens de prévention/protection sont suffisants.

ODZ Consultants réalise des revues HAZOP « classiques », qui peuvent être qualifiées d’analyses qualitatives des procédés, mais aussi des HAZOP « quantifiées ». Dans ce cadre‐là, il est alors possible d’estimer la probabilité d’occurrence des dérives et la gravité de leurs conséquences. Cette quantification peut être faite suivant la méthodologie et les critères de nos clients, ou suivant nos propositions, adaptées au cas par cas.

Nos Chairmens HAZOP possèdent les qualités et l’expérience pour mener ces revues de sécurité et organiser des sessions efficaces. Nous sommes en mesure de proposer, si nécessaire, des infrastructures permettant d’optimiser la réalisation des revues : secrétaire HAZOP, logiciels (HAZOP Manager ou PHAPro), salles de réunion, suivi des actions dans le cadre d’un projet, ...

ODZ Consultants réalise des HAZOP pour des types très différents d’installations industrielles. N’hésitez pas à nous contacter pour que nous analysions ensemble la pertinence de ce type d’étude dans votre démarche de gestion du risque.



LOPA

La méthode LOPA a été développée à la fin des années 1990 par le CCPS (Center for Chemical Process Safety) et signifie « Layer of Protection Analysis », ou bien Analyse des niveaux de protection. C’est donc une méthode centrée sur l’analyse des mesures de sécurité process présente sur une installation.

C’est une méthode semi quantitative, entre une revue HAZOP et une approche purement quantitative (QRA par exemple). Elle a pour but :
- D’identifier les couches de protection indépendantes (IPL : « Independant Protection Layer »), notion à rapprocher de la notion d’EIPS ou de MMR
- De déterminer le niveau de risque résiduel global, en intégrant les différentes couches de protection
- D’évaluer la nécessité de réduire le risque résiduel en rajoutant une couche de protection réalisée par un Système Instrumenté de Sécurité (SIS) répondant à une fonction de sécurité instrumentée (SIF)
- De sélectionner le SIL (Safety Integrity Level) des systèmes instrumentés de sécurité

Elle a pour avantage d’être rationnelle et objective, permettant de concentrer l’effort sur les barrières de sécurité instrumentées les plus critiques.



QRA

L'évaluation quantitative des risques, en anglais Quantitative Risk Assessment (QRA), est une méthode dont l'objectif est d'évaluer la probabilité de dommages causés par un accident potentiel. Cette méthode, initialement développée dans le domaine des transports et dans le nucléaire a été progressivement adaptée à l'industrie des procédés, notamment dans les pays du Nord de l'Europe pour les installations type Seveso. La particularité des méthodes de QRA tient dans la façon d'exprimer et de représenter les résultats de l'analyse de risques.
On calcule généralement d'une part la probabilité qu'un individu, à un emplacement donné, meurt des effets de l'accident, qualifié de risque individuel et, d'autre part, la fraction de la population susceptible de mourir des effets de l'accident et la fréquence associée, qualifiées de risque sociétal. Il est à noter que le QRA peut également être utilisé pour évaluer le risque de pertes de bien matériel et le risque d’atteinte à l’environnement. Les résultats sont généralement représentés sous forme de courbe fréquence/gravité (ou courbe F/N) pour le risque sociétal ou de courbes iso‐risque (LSIR) pour le risque individuel.

La réalisation d’un QRA permet généralement d’établir quatre indicateurs de risques majeurs :
- Le risque individuel (risque de localisation) : il s'agit de la probabilité annuelle de décès suite aux accidents majeurs étudiés pour une personne qui resterait en permanence à un endroit donné.
- Le risque sociétal : il s'agit de la probabilité annuelle d'un certain nombre de décès suite aux accidents majeurs étudiés.
- Le risque d’atteinte environnementale.
- Le risque de perte des biens matériels.

Nous réalisons des QRA pour différentes installations industrielles. N’hésitez pas à nous contacter pour que nous analysions ensemble la pertinence de ce type d’étude dans votre démarche de gestion du risque.

Contact
ODZ Consultants
63, rue André Bollier
69007 Lyon / France
Tél. +33(0)4 28 29 23 84
contact@odz-consultants.com

Nous contacter